Dream Team I

Publié: 7 août 2006 dans Sport

 Le basket, sport planétaire, était jusqu’ici un monde à deux têtes. Le seul sport universel où les meilleurs ne se rencontraient jamais entre eux. D’un côté, la Fédération Internationale (FIBA) régnait sur le basket mondial. De l’autre, les EtatsUnis géraient eux-mêmes leurs compétitions. Le basket américains ne s’est d’ailleurs jamais intéressé à ce qui se faisait en dehors des limites de l’Union, sûr de sa force et de son autonomie. Les pros américains n’appellent-ils toujours d’ailleurs leur championnat le "NBA World Championship"?

Il faut attendre 1989 pour que les 2 instances signent un accord pour que les professionnels américains puissent participer à toutes les compétitions internationales organisées par la FIBA. En effet, par 56 voix contre 13 elle autorise à présent les joueurs NBA à prendre part aux Jeux Olympique  Ceci afin de préparer l’entrée des pros américains au tournoi olympique des jeux de Barcelone (Dream Team I). La NBA se sert-elle des jeux olympiques de Barcelone pour essayer de s’implanter en Europe ?

        En 1992, pour la première fois, les joueurs de la NBA ont été autorisés à représenter les Etats-Unis dans l’équipe nationale. L’équipe " All-Star " de la NBA, baptisée " Dream Team " par les médias internationaux, fut sans aucun doute la meilleure équipe de basketball jamais formée et elle a dominé le tournoi olympique de 1992. La participation de joueurs de basketball totalement professionnels est aujourd’hui autorisée pour les hommes et les femmes aux Jeux Olympiques. Comme l’équipe américaine a été autorisée à recruter parmi les professionnels de la NBA, elle a réaffirmé sa domination au niveau international, en remportant tous les tournois auxquels ont participé les joueurs de la NBA.

  Magic Johnson décida alors de réunir tous les meilleurs joueurs du monde afin d’éviter un nouvelle affront à Barcelone. Malone, Bird, Jordan & Co remportèrent tout d’abord le tournoi qualificatif. Une véritable promenade pour les stars de la NBA. Arrivés à Barcelone, les joueurs Américains étaient les athlètes les plus recherchés par les spectateurs, occultant et même par le grand Carl Lewis.    

         Pour leur première rencontre, la Dream Team est opposée au champion d’Afrique, l’Angola. David contre Goliath. D’un côté les multi-millionaires américains, de l’autre les basketteurs africains dont le pays est rongé par la pauvreté. Les Angolais furent plus occupés à demander des autographes pour eux et leurs proches qu’à se concentrer sur un match perdu d’avance. Score final : 116 à 48 soit 68 points d’écart, dont Charles Barkley qui marque 24pts. Face à la talentueuse équipe croate, la Dream Team s’impose 103 à 70 avec 21pts de Michael Jordan. La solide équipe d’Allemagne fut balayée 111 à 68 avec 19pts de Larry Bird. Face au Brésil, « Sir » Barkley marque 30pts, et établi un nouveau record de points. Lors du dernier match de poule, les USA écrasent le pays hôte (l’Espagne) 122 à 81.

En quart-de-finale face à Porto Rico, c’est au tour de l’ailier Chris Mullin de sortir le grand jeu en inscrivant 21pts pour que la Dream Team s’impose 122 à 81. Les coéquipiers de T. Kukoc avaient perdu au premier tour face aux Dream-teamer, l’équipe de rêve, la plus grande formation jamais construite dans un sport collectif. En finale les Croate ont fait encore mieux, ils ont fait le spectacle à tel point qu’ils sont parvenus à mener en 1er mi-temps. Presque vexant pour les phénomènes Américains venus à Barcelone montrer au monde ce que jouer au basket-ball voulait dire. Alors le festival a commencé. Michael « Air » Jordan, Karl « The mail » Malone, Clyde « The glyde » Drexler, David “The admiral” Robinson et Earvin “Magic” Johnson sont partis en démonstration. Les croates ont semblé ne plus être que des compagnons d’entraînement suivi d’une victoire des USA 122 à 85 avec 22pts de M. Jordan, 17pts de  C. Barkley et 15pts de P. Ewing.

Magic Johnson a réussi son pari, cette équipe restera à jamais comme la vraie et l’unique « Dream Team ». Avec 117, 3 points par matchs et un écart de 43, 8 points cette équipe a éblouit Barcelone et le monde entier. Chuck Daly dira « Vous verrez encore les Etats-Unis remporter des titres olympique, mais plus jamais vous ne verrez une équipe comme celle-là ».

        Toutefois, l’écart entre les Etats-Unis et le reste du monde semble décroître continuellement, comme on a pu le remarquer pendant les Jeux Olympiques de Sydney au cours desquels les Etats-Unis ont été mis à rude épreuve plusieurs fois sur le chemin de la médaille d’or.

© Jamil Zaïani

Publicités
commentaires
  1. Anissa dit :

    Et vive le basket!
    mdr

  2. Sophie dit :

    ben je savaisd que t’étais le basket !! mais à ce point !lolben comme dit doudou "vive le basket!!"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s