Hédi Berrkhissa (Balha): 12 ans après.

Publié: 10 janvier 2009 dans Sport

balha balha278rn

Tout a été écrit sur feu Hedi Berrkhissa, et il serait prétentieux de notre part que de prétendre ajouter quoique ce soit en lui rendant cet hommage douze ans après sa tragique disparition. Mais la gratitude et la lutte qu’il faut mener contre l’oubli nous recommandent de dédier un si petit papier pour un si grand joueur.

Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, Hédi a connu avec l’Espérance des débuts extrêmement difficiles. Il fut l’objet des sarcasmes, des quolibets en tous genres et même des insultes que notre cher public affectionne tant. Ainsi il aurait les pieds plats, il n’aurait aucune technique, il serait lourd et même gauche. Bref, il n’a pas sa place sur un terrain de foot.

Ayant une personnalité très particulière, Hédi ne fut pas affecté outre mesure par l’attitude des supporters. Assidu aux entrainements et grand bosseur, il tapa dans l’œil de Faouzi Benzarti friand de joueur discipliné et généreux dans l’effort. Il le déplaça du milieu de terrain au coté gauche de la défense pour en faire un arrière latéral. Et là, comme touché par la grâce, le joueur explosa et devint un véritable cauchemar pour tous les joueurs adverses évoluant du coté droit.

En effet, il leur était supérieur en puissance physique, en rapidité (Eh oui !) et même dans les débordements. Le plus étonnant c’est qu’il devint même un buteur décisif dans l’équipe, lui permettant de renverser les situations les plus désespérées et de remporter le titre le plus prestigieux de son histoire.

Jouant aux cotés de vedettes et de stars confirmées de l’équipe, tels que Ben Yahia, Hamrouni et El Ouaer, Hédi est parvenu à les éclipser sur le terrain mais aussi en dehors des aires de jeu où grâce à un physique avantageux il fit des ravages auprès de la gente féminine. Trop de bonheur en si peu de temps se sont exclamés certains.

N’ayant plus rien à prouver dans un championnat tunisien devenu trop petit pour lui, les observateurs avertis étaient sûrs qu’il taperait dans l’œil des dirigeants lyonnais à l’occasion du match amical que l’Espérance jouerait le 4 janvier 1997 au Zouiten contre l’Olympique Lyonnais.

Mais Hedi n’ira pas jouer du coté du Rhône, il lui préférera le paradis, seul endroit pouvant accueillir un être aussi généreux.

En attendant un hommage digne de ta mémoire de la part du club, repose en paix, Balha.

© e-spranZa team

BALHA5 Tunisia-CAN 1996

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s